Comment s’est déroulée la première séance de cinéma de l’histoire ? – Marc Dingreville

Des ouvriers sortant de leur usine. La scène se passe à Lyon en mars 1895. Ce très court métrage n’a l’air de rien mais ces images sont historiques. C’est le tout premier film de l’histoire du cinéma, le premier film que le monde va découvrir. A Paris, le 28 décembre de la même année, en fin d’après-midi, 33 personnes achètent un ticket pour une toute petite somme. Elles s’installent dans une salle de café et découvrent un spectacle incroyable : des images animées.

Dix petits films, des gags ou des scènes de la vie quotidienne. Sans le savoir, ces spectateurs assistent à la première séance de cinéma payante de l’histoire grâce à une drôle de machine, un projecteur cinématographique.

Comment fonctionnait le projecteur de l’époque ?

La pellicule était placée en haut du bâti et il fallait tourner la manivelle à la main pour projeter le film. Petite anecdote de la part de Marc Dingreville, directeur du Cinéma de Domont : l’homme chargé de projeter le film se fredonnait une chanson pour tourner à la bonne cadence pour que le métrage ait un rythme régulier. Le film se débitait donc dans une boîte qui se trouve en dessous et derrière il y avait, tout simplement, une lampe à arc qui envoyait la lumière et qui projetait le film sur l’écran.

Les frères Lumières, des inventeurs nés

Cette merveille technologique est attribuée à deux frères, Auguste et Louis Lumière des inventeurs nés. Dans leur usine de Lyon, là où ils ont tourné leur premier film, ils ont déjà inventé la photographie instantanée qui permet de figer des scènes en mouvement sur pellicule.

Cette fois, c’est en s’inspirant d’une machine à coudre, qu’ils réussissent à projeter des images sans qu’elles ne soient floues, le cinématographe est né. Le succès est incroyable parce que grâce à Louis Lumière les gens découvrent le monde entier.

En effet, Louis posait sa caméra dans la rue et on peut maintenant voir le monde tel qu’il était en 1895, au 19ème siècle. Ce qu’on ne pouvait voir à l’époque seulement à travers quelques photographies ou en peinture. Le cinéma apporte une vision de la réalité en mouvement sur les écrans. Maintenant, c’est un matériau inestimable pour les chercheurs.

Pour émerveiller les personnes à l’époque il n’y avait pas besoin d’effets spéciaux, les spectateurs ont été tellement impressionnés par l’entrée de la locomotive en gare de la Ciotat que certains ont même sursauté.

Marc Dingreville, directeur du Cinéma de Domont précise que le mythe comme quoi les spectateurs aient quitté la salle en panique pensant que le train leur fonçait dessus est totalement fausse. En effet, l’historien du cinéma Georges Sadoul évoque bien un sursaut mais pas un recul de frayeur.

Related posts

Leave a Comment